Les biens mobiliers et immobiliers de nos défunts 

Qui dit perte des parents, dit perte des personnes qui sont à notre origine et avec elles, de tout ce qui a composé le décor de notre enfance : lieux d'habitation, meubles, bibelots, tableaux… Qui dit perte d'un conjoint ou d'un enfant, dit perte de tout ce qui constituait notre présent et c'est parfois quasi insurmontable.

Les biens mobiliers et immobiliers de nos défunts, investis émotionnellement, se retrouvent alors orphelins et c'est à nous de les adopter, de nous les approprier, ou de nous en séparer parfois aussi pour mieux guérir.

Trier les souvenirs de nos défunts : une étape du deuil

Composé de phases successives, le deuil est un processus naturel qu'il est nécessaire de traverser. Même si on en doute, on finit toujours par aller mieux. Cependant, il existe une étape dont on ne parle jamais : celle qui consiste à s'occuper des affaires de la personne disparue, vous savez tout ce que cette personne a accumulé dans sa vie, toutes ces choses qui ont fait de lui/d'elle ce qu'il/elle était…

 

Je vous aide à franchir cette dernière étape si vous m'accordez votre confiance.   

Trier, c'est choisir de garder, offrir, donner, troquer, vendre ou jeter. Un travail difficile, mais libérateur.

Au-delà des impératifs de place, c'est une façon de faire la paix avec son passé pour mieux vivre son présent, le seul instant qui compte vraiment, non ?

Si vous avez de la peine à vous y mettre, je suis là pour vous conseiller et vous aider.